samedi 22 août 2009

Fougère orientale

En parfumerie, le terme « fougère » désigne une famille de parfum construit autour de quelques matières de référence : la lavande et la bergamote pour une tête fraiche et propre, la coumarine et la mousse de chêne pour un fond poudré et boisé. A partir de ces ingrédients de base, la fougère peut être dirigée vers une physionomie florale (jasmin, rose/géranium, œillet...), aromatique (thym, romarin, basilic...), orientale (vanille, santal, ambre...) ou épicée, ou hespéridée, les variantes sont multiples.

L'ancêtre de cette famille est Fougère Royale d' Houbigant (1882) qui a laissé son nom à la lignée. Parmi les fougères historiques, on citera Jicky de Guerlain (1889), English Fern de Penhaligon's (1911), Canoë de Dana (1936). Il est intéressant de noter que ces fougères anciennes étaient destinées à un public féminin.

Au cours du vingtième siècle, les fougères opèrent un étonnant numéro de transformisme : du rayon féminin, elles se retrouvent propulsées au rayon masculin et deviennent même la référence en matière de virilité parfumé. Désormais, on ne comptera plus les mousses à raser et les after-shave parfumés par un accord « fougère ».

Pour parfumer les hommes, les fougères viriles règneront en maître dans la deuxième partie du vingtième siècle, et certaines deviendront de véritables phénomènes commerciaux. On citera : Brut de Fabergé (1964) devenu depuis un pilier d'étagère de supérette ; Pour Homme d'Yves Saint Laurent (1971), Paco Rabanne pour Homme (1973), Azzaro pour Homme (1978), Drakkar Noir de Guy Laroche (1982). Pour celles et ceux qui ont fréquenté les boites de nuit à l'époque du disco, impossible d'avoir échappé à l'une ou l'autre de ces fragrances portée par un émule de John Travolta.

Durant les années 1990, les fougères masculines prennent une nouvelle orientation : on garde l'accord « mousse à raser » viril et rassurant et on l'accompagne d'une facette douce, orientale très musquée et poudrée. Il s'agit peut-être de la traduction parfumée du poncif du séducteur à la fois tendre et viril. Ce type de composition donnera naissance au best-seller du rayon homme de la dernière décennie : Le Mâle de Jean-Paul Gautier (1995). Dans le genre, on peut évoquer Minotaure de Paloma Picasso (1992) le précurseur ; ou Jaïpur Homme de Boucheron (1998).

Dans les années 2000, il faut avouer que le style des fougères viriles des années 1970/80 s'est un peu démodé ; cependant quelques masculins récents se revendiquent de cette lignée. Par exemple, Narcisso Rodriguez for Him (2007) se présente comme « revisitant avec modernité la tradition de l'accord fougère » ; ou Roadster de Cartier (2008) qui se veut une « fougère minérale ».

Ma fougère orientale

Je vous propose ici une composition qui s'inspire du style des fougères orientales des années 1990, c'est-à-dire plutôt poudrée-coumarinée-vanillée. On y retrouve les ingrédients de base de la famille fougère à l'exception de la mousse de chêne.

La construction peut être analysé de la façon suivante :

Une « brique » aromatique fougère qui intervient plutôt en tête : menthe, lavandin, bergamote, basilic, cardamome et dihydromyrcenol.

Une « brique » florale, simple, synthétique et plutôt abstraite : hédione (jasmin aérien), lyral (tilleul bulldozer) et anthranilate de méthyle qui tire le tout vers une impression de fleur d'oranger.

Une « brique » poudrée et douce : coumarine, vanilline, alcool cinnamique.

Et en complément, des muscs (galaxolide, exaltolide) et du cedryl-methyl-ether qui apporte une touche boisée sèche et ambrée.

La formule

Menthe verte HE (mentha spicata) : 2

Lavandin HE : 6

Dihydromyrcenol : 2

Bergamote HE : 4

Basilic HE ( ocimum basilicum CT methyl chavicol) : 1

Cardamome HE @20% : 2

Hedione : 10

Lyral : 2

Anthranilate de méthyle @20% : 1

Coumarine @25% : 10

Vanilline @50% : 10

Alcool cinnamique @50% : 4

Cedryl Methyl Ether : 2

Galaxolide @50% : 5

Exaltolide @50% : 5


Les indications de quantité peuvent être prises comme des gouttes ( Bergamote HE : 4 signifie 4 gouttes d'huile essentielle de bergamote). L'indication @20% signifie que la matière est diluée au pourcentage indiqué dans de l'alcool à 90%. Après avoir composé le mélange, on ajoutera 7ml d'alcool à 90° de pharmacie pour avoir un échantillon prêt à utiliser. La formule peut être prise comme une formule en ratio.

Et pour terminer, un clip musical pour illustrer à mon idée cette composition.





3 commentaires:

  1. Bonjour Monsieur le parfumeur du Dimanche. Si je puis me permettre une suggestion : retirer l'anthranilate de methyl et l'alcool cinnamique qui créent des interférences et retient la clarté de votre formule qui sonne bon. Si vous souhaitez épicer le propos (rapport à votre clip vidéo) ajoutez une trace d'isobutyle quinoleine @20% ( si vous en possedez),ou du bejoin tout simplement. C'est une simple suggestion, ensuite les idées appartiennet à chacun et sont libres d'être utilisées comme on le souhaite. Bonne continuation et merci pour cette idée de blog.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Céline Ellena

    Merci pour votre suggestion, d'autant plus précieuse qu'elle provient d'une « professionnelle de la profession ».
    Je vais essayer cette fougère en tenant compte de vos conseils, mais je ne dispose pas d'isobutyle quinoleïne (j'ai une palette relativement limitée, une grosse centaine de matières).

    Sinon je me régale à la lecture de vos chroniques olfactives ( http://chroniquesolfactives.blogspot.com/ ), elles sont pleines d'humour et écrit avec un vrai souci de style, à recommander sans réserve ! Après vous avoir lu, je me suis surpris à renifler les différentes biscuits et chips que l'on sert lors des apéritifs, je deviens bizarre ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Bizzare, vous avez dis bizzare...comme c'est tant mieux :)
    N'hesitez pas à me parler de chips que je ne connais pas !! J'avoue je n'ai pas évalué tout le rayon du supermarché. La crainte d'une indigestion sans doute...

    RépondreSupprimer