dimanche 9 mai 2010

...are belong to us.



A la suite de mon article précédant à propos des bases en parfumerie, je me suis essayé à composer une fragrance autour de la sympathique base Galbex 183 de Firminich.
Ce sera une fragrance typée « masculin », fraîche et propre, un peu dans le genre « sport » ; hespéridée, verte et légèrement boisée.

La formule :

Bigarade (orange amère) HE : 10

Citron HE : 4

Dihydromircenol : 8

Galbex 183 : 3

Menthe verte HE : 1

Salicylate d'amyle : 3

Hédione : 10

Coumarine @25% : 8

Sandalmysore core : 3

Fixateur 505 : 2

Galaxolide @50% : 6

Tonalide @50% : 8


Le thème hespéridé
L'orange amère (bigarade), le citron et le dihydromircenol se chargent de cette partie, le galbex 183 participe aussi à ce thème.

Le thème vert
En fait, il s'agit de notes vertes un peu atypiques.

Le galbex 183, c'est la matière vedette de la composition : une base assez complexe à la fois verte (inspiré du galbanum), hespéridée et fruits exotiques. Il peut vous sembler être en petite quantité dans la formule, mais c'est un produit qui a un impact plutôt important, travaillé par ses créateurs pour être diffusif et tenace.

La menthe verte (mentha spicata), qui est plutôt une note aromatique/herbacée, toujours de bon ton avec les hespéridés dans une fragrance masculine. Ce n'est pas une menthe mentholée, car l'essence contient peu de menthol et beaucoup de L-carvone. Si vous voulez vous faire une idée de la nuance entre le menthol et le L-carvone, essayez avec les chewing-gums : goût peppermint = menthol, goût spearmint = L-carvone.

Le salicylate d'amyle : Est-ce vraiment une note verte ? Classiquement, on prête à cette matière une odeur de trèfle, sans doute à cause d'un parfum historique Trèfle Incarnat de LT Pivert, qui en contenait beaucoup. Jean-Claude Ellena, dans son Que Sais-Je ? (Le Parfum), accorde à ce salicylate l' « odeur métallique de l'acier ». Pour ma part, il m'évoque des odeurs de vacance à la plage, ce que je m'explique par un coté « crème solaire » et un coté « odeur de plastique, de matière caoutchouteuse » ; bref le goût du tuba dans la bouche mêlé au parfum de la crème solaire sur la peau. Mise à part cette interprétation olfactive très personnelle, j'ai effectivement utilisé le salicylate d'amyle pour son aspect un peu vert, pour accompagner et arrondir le Galbex.

Le thème boisé
Du « faux santal » avec le Sandalmysore core, plus diffusif et moins persistant que le vrai, il est surtout moins facetté, un santal caricatural et monolithique en quelque sorte.
Le Fixateur 505 de Firminich que j'ai décris dans l'article précédent, qui reste assez discret vu la dose utilisée.

Les muscs
J'ai utilisé ici deux muscs au caractère lessiviel, le tonalide et le galaxolide, pour aller dans le sens du coté « propre » de la composition.

...et les autres
Un peu de coumarine, et aussi de l'hédione, que j'ai ajouté dans un deuxième temps dans le but d' « aérer » la composition, mais son impact doit être au final assez subliminal.


Illustration : source : basetree.com
« All your base are belong to us » est une phrase célèbre dans la culture web/hacker/jeux video. A l'origine, elle provient d'une mauvaise traduction anglaise des dialogues d'un jeu video japonais « Zero Wing »

2 commentaires:

  1. Bonjour le Gnou,

    Bravo pour cette fragrance sport!!! Je me souviens d'un parfum sport à base de notes vertes types galbanum mélées aux agrumes, mais je ne trouve pas le nom! Par contre, je trouve qu'il y a beaucoup de dihydromyrcénol, mais ne l'ayant pas pesé je dois avouer que mon jugement n'est porté que sur la formule et peut-être est-il erroné!

    Très amusant le regard que vous portez sur le salicylate d'amyle, personnellement, il m'évoque un fruit exotique vert type goyave avec de légers accents métalliques mais pour réussir à faire ressortir ce coté métallique dans une création il faut un sacré coup de génie, chose que Jean-Claude Ellena a réussi à faire avec succès dans sa composition!!

    Merci et continuez à nous faire rêver avec toutes ses odeurs!!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Boolala,

    Merci pour vos encouragements !
    Je sais qu'il y a pas mal d'amateurs de parfum qui n'aiment pas trop le dihydromyrcénol.
    Dans cette composition,il est quand même accompagné d'essences hespéridées naturelles (bigarade et citron), ce qui tempère son coté un peu "chimique".

    Heu, pour J.C. Ellena, je pense qu'il y a une petite confusion : je parlais d'un livre , pas d'un parfum. Ce livre a pour titre "Le parfum", par J.C. Ellena, PUF, collection "Que sais-je". Mais je dois avouer que mon article porte à confusion dans ce passage.

    RépondreSupprimer