mercredi 29 décembre 2010

Les parfums du grenier : La Nuit de Paco Rabanne


J’ai récemment mis la main sur un petit trésor fort réjouissant : une sympathique collection de miniatures et d’échantillons de parfum datant des années 1980. Ce genre de collection doit traîner dans de nombreuses caves et greniers. En effet, la collection d’échantillons de parfum semble être une pratique assez courante chez les adolescentes ; et puis, les jeunes filles devenant femmes, elles oublient souvent leurs précieuses collections avec « les vieilles affaires », enfouies au fin fond de vieux cartons d’emballage. Demandez à vos amies, vous pourriez avoir de bonnes surprises !

Voilà, je vais pouvoir me vouer aux démons du vintage en parfumerie. Pour débuter, je vous propose de partager mes impressions sur l’une des trouvailles : La Nuit de Paco Rabanne.

Cette eau de toilette a été lancée en 1985, le discours publicitaire de l’époque la présente ainsi : « Une eau de toilette de séduction pour une femme sensuelle, sophistiquée et moderne ». Aujourd’hui disparu des rayons des parfumeries, La Nuit de Paco Rabanne bénéficie auprès des amateurs de vintage de sa petite renommée de chypre charnel. J’ai même lu dans les commentaires de sites fréquentés par des perfumistas anglophones, que cette fragrance évoquait à certains la débauche et la luxure. Diantre !

Cette réputation sulfureuse provient de toute une série de notes animalisées judicieusement dosées qui viennent rehausser une structure chyprée légèrement fruitée.

D’après la pyramide officielle, La Nuit s’ouvre sur du citron et du basilic. Dans mon échantillon, le citron est plutôt flapi et le basilic se traduit par une bouffée de linalol assez peu aromatique. Il est cependant possible que ces notes de têtes aient été altérées par le temps.

La Nuit possède aussi une dimension fruitée, mais il ne faut pas s’attendre à ce type de fruité contemporain, entre sorbet sucraillé et shampooing au coulis. Non, il s’agit de fruits « vieille école », de la prune bien sombre, très chic dans un chypre, et un soupçon de pêche vintage obtenue par une pointe d’aldéhyde C14 sans doute.

C’est la rose qui se charge du registre floral, traditionnel pour apporter la touche de féminité dans un chypre classique. Une rose finalement assez secondaire, qui s’intègre discrètement mais efficacement à la composition.
Dans le domaine des bois, les matières emblématiques du chypre sont là, le patchouli et la mousse de chêne, il n’est pas impossible qu’il y ait un peu de cèdre aussi.

Venons-en maintenant au clou du spectacle, la ménagerie des notes animales : miel, civette, cuir, musc.

La Nuit comporte une facette de miel, ou de cire d’abeille, qui combinée avec les bois procure ce petit effet « encaustique » (encaustique qui est à la base une dissolution de cire d’abeille dans de l’essence de térébenthine), un peu à la manière de « Miel des Bois » de Serge Lutens. Cependant, l’effet est beaucoup moins proéminent que dans le Lutens. Cette facette miellée (finalement assez familière chez Paco Rabanne de PR Pour Homme à 1 Million) s’accorde aussi assez naturellement avec la rose et le cuir.

La civette fait partie de ces notes phéromonales pleines d’ambiguïté, capables d’apporter une profondeur incomparable à une composition parfumée. De plus la sensibilité de chacun à ce type de notes semble différente : certains ne les relèvent à peine alors que d’autres les perçoivent distinctement. Et lorsqu’on la perçoit, la civette ne laisse pas indifférent.

La note cuir qui accompagne le développement de la fragrance est claire, souple, miellée finalement assez confortable. La dimension animale est renforcée par un effet de musc « à l’ancienne », sans doute du musc cétone en grande partie.

Alors, et la débauche et de la luxure dans tout ça ? Comme souvent, avec les compositions comportant des notes animales finement équilibrées, c’est sur la peau que tout va se jouer.
Sur mouillette, La Nuit de Paco Rabanne peut apparaître comme un sympathique chypre fruité-cuir parmi d’autres. Mais c’est sur la peau qu’il peut prendre une tout autre dimension, selon l’alchimie personnelle de chacune. Cette combinaison rose-pêche-miel-civette-musc a tendance à se fondre sur la peau des femmes de manière fort troublante. C’est là que l’on regrette la disparition commerciale de cette fragrance !


Post Scriptum
Je profite de ce billet pour souhaiter aux lecteurs et lectrices de ce blog une belle et heureuse année 2011, remplie de parfums émouvants et enivrants.

12 commentaires:

  1. Votre description correspond assez à mon (vague) souvenir de ce parfum que je n'aimais pas... A l'époque, mon nez n'était pas assez "entraîné" et je devais être trop jeune pour apprécier les chyprés. Domage.

    RépondreSupprimer
  2. Je l’adorais!
    Je regrette beaucoup les années ’80 même si elles avaient leurs défauts. Oui, c’était parfois vulgaire et tapageur ce qu’on proposait alors… Je ne sais pas si c’est parce que j’ai découvert le parfum à cette époque ou si je regrette ma jeunesse. Est-ce que vraiment, c’était mieux ? Plus créatif ? Même si c’est la période où on a commencé à limiter la prise de risque, il me semble qu’on osait plus de choses... Mais peut-être que j'embellis?

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour zab63
    C'est vrai que les chypres classiques réclament une certaine "éducation de l'odorat" pour être apprécier à leur juste valeur.

    Bonjour D.
    Je pense que dans les années 1980,il n'y avait pas cette segmentation "grandes marques qui limitent les risques" vs "marques de niches qui innovent" ; donc il y avait de l'innovation dans les grandes marques. Par exemple, j'ai re-découvert Must de Cartier (1981) par un vintage des années 80 : une association plutôt presque contre nature de notes vertes râpeuses (galbanum) sur un fond oriental vanillé ultra crémeux, personne n'oserai sortir cela aujourd'hui dans le circuit "mainstream".
    Toujours sur les vintages 80' que j'ai sentis, il me semble qu'il y avait plus de matières premières naturelles, ce qui participe à une qualité perçue supérieure. J'ai par exemple senti un vintage de First de Van Cleef & Arpels, le jasmin y est magnifique, d'après mon nez, la dose d'absolue de jasmin ne doit pas y être infinitésimale (ceci dit je n'ai pas comparé avec la version actuelle)

    RépondreSupprimer
  4. remettez en vente cette eau de toilette svp !
    Elle était sublime...

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour à tous,
    J'ai adopté "La Nuit" dès sa sortie. D'après tous ceux que je côtoyais, il "m'allait comme un gant". Après des années de nostalgie pour cette partie de ma personnalité, grâce aux grandes connaissances d'une charmante professionnelle de la parfumerie Divine à Dinard (35) (à qui je me dois d'exprimer ma reconnaissance ici) j'ai pu trouver un équivalant approchant. "Knowing" d'Estée Lauder (spray Eau de parfum) ainsi que "First" de Van Cleef & Arpel. J'ai essayé les deux mais ai trouvé "First" trop capiteux pour moi.
    "Knowing" s'approche effectivement de "La nuit" tout en étant légèrement différent et un peu plus fort. Je porte ce parfum chaque jour depuis mais regrette toujours "La Nuit". De plus certaines impressions sur les personnes qui véhiculent ces effluves m'interpellent quand même (voir page http://www.auparfum.com/?knowing) et me font réfléchir sur ce que peut impliquer cette fragrance chez autrui... Lorsque votre chiffre d'affaires dépend d'une clientèle, il serait dommageable de risquer de l'incommoder…
    Fragrancement votre !
    Valmalo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Il est en vente sur internet, est-ce une copie ?
      Sur amazon une acheteuse semble me penser et une autre en est contente

      Supprimer
  6. Un parfum sublime:"NUIT DE NOEL"de CARON ma mère en recevait de cadeaux cela à provoqué une année de jalousie et deux procès judiciaire qui ont inclu ce petit fiole présenté dans un magnifique écrin dont les collectionneurs recherchent aujourd'hui.Ce parfum à l'odeur subtil n'est plus fabriqué parce que trop couteux pr la fabrication et surtout du vieillissement qui prend un très long temps cependant les labos de l'est est sur le point de mettre des gammes synthétiques sur des marches parallèles où le prix de ventes sort des nomes pour empocher des millions au noir.

    RépondreSupprimer
  7. Cette fragrance nous manque ...SVP proposez la à nouveau pour notre plus grand plaisir ! certaines eaux boisées m'y ont fait penser mais je suis vraiment nostalgique de cette sublime eau de toilette !

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour oui c est vrai c était sublime pourquoi pas

    RépondreSupprimer
  9. si vous voulez acheter la nuit de paco rabann voila le seul site que les vends aujourd'hui à prix raisonnable

    authentification garanti payement sécurisé paypal satisfait ou rembourser il ne reste que une dizaine de pièces de collections

    http://parisbag.net/parfums-de-femme/928-la-nuit-de-paco-robanne-eau-de-toilette-pour-femme-30-ml.html

    RépondreSupprimer
  10. Oui, s'il vous plaît... Redonnez-nous ce parfum sublime... Merci

    RépondreSupprimer
  11. Les annees 80 etaient de loin les meilleures en termes de parfums. Je regrette et, pleure diva , senso d EMMANUEL UNGARO, magie noire deLANCOME, parfum sacré de caron .Pire encore totalement disparus des rayons les parfumsJEAN CLAUDE MONTANA , pire encore JEAN LOUIS SCHERRER 1 ET 2 catastrophique !! Aujhourdhui les parfums GIVENCHY sont nuls par pitié revient HUBERT AVEC YSATIS.

    RépondreSupprimer