samedi 6 février 2010

Coumarine et Petitgrain


Avec le titre que j'ai donné à ce blog, il fallait bien un jour ou l'autre que je tente une composition autour de ces deux matières. Ce sera une fragrance typée masculin.

La coumarine est une « vieille » matière première synthétique en parfumerie. Synthétisée en 1868, cette poudre cristallisée odorante a été utilisée dès les débuts de la « parfumerie moderne », par exemple dans Jicky (Guerlain 1889) ou Fougère Royale (Houbigant 1882).
L' odeur de la coumarine se décrit conventionnellement comme douce, évoquant le foin coupé, l'herbe sèche ou la fève tonka dont elle est le principal constituant aromatique. De façon moins conventionnelle, certains lui trouveront une odeur douceâtre de peinture fraiche.
La coumarine est presque un couteau suisse pour les créateurs de parfum : sa personnalité douce et chaude servira à évoquer le tabac aromatisé dans les compositions masculines, sera associée aux matières vanillées pour désamorcer leur coté arôme alimentaire, fera bon ménage avec certaines épices comme la cannelle ou le clou de girofle, pourra participer aux accords ambrés, aux accords boisés, aux accords tabac, et bien sûr aux accords fougère dont elle est une composante emblématique.

Petitgrain est un terme générique désignant les huiles essentielles obtenues par distillation à la vapeur du feuillage de divers arbres à agrumes : il existe du petitgrain citronnier, du petitgrain mandarinier, du petitgrain combava, etc.
Celui dont il s'agit ici est le petitgrain bigarade, issue du bigaradier, l'oranger amer. Son odeur est décrite comme herbacée fraiche, avec une facette florale néroli. (l'HE de néroli étant issue de la distillation des fleurs du bigaradier, ce n'est guère étonnant).

Passons à la formule :

Bergamote HE : 6

Bigarade HE : 4

Petitgrain bigarade HE : 4

Dihydromyrcenol : 6

Lavande HE : 2

Lyral : 4

Anthranilate de méthyle @20% : 1

Coumarine @25% : 15

Veratraldéhyde @50% : 4

Kephalys : 10

Cedryl methyl ether (Cedramber) : 8

Brassylate d'ethylène (Musk T) : 6

Cashmeran @50% : 6

Vetiver HE : 2

Les indications de quantité peuvent être prises comme des gouttes ( Bergamote HE : 6 signifie 6 gouttes d'huile essentielle de bergamote). Après avoir composé le mélange, on ajoute 5ml d'alcool à 90° de pharmacie pour avoir un échantillon.

Les commentaires sur la composition :

Le thème petitgrain : citrus, frais, herbacé, floral

L' HE de petitgrain bigarade est épaulée par l'HE de bigarade, obtenue par expression du zeste du fruit du même arbre, qui apporte un peu de fraicheur fruitée. Toujours dans le thème citrus frais, il y a la bergamote et le dihydromyrcenol, avec son air de détergeant fraicheur citron vert.
La lavande est là pour accentuer la facette herbacée du petitgrain, ces deux essences partagent les mêmes composants principaux, l'acétate de linalyle et le linalol (présents aussi dans la bergamote de façon non négligeable), ce sont les composants secondaires qui leur donnent leurs personnalités différentes.
Le lyral et l'anthranilate de méthyle sont là pour appuyer l'aspect floral du petitgrain. Le lyral est une matière synthétique tenace qui possède une odeur florale que l'on pourra situer entre le muguet et le tilleul. L'anthranilate de méthyle est une matière qui permet d'obtenir à moindre frais un effet fleur d'oranger ou néroli, associé comme nuanceur au linalol et à l'acétate de linalyle entre autres.

L'anthranilate de méthyle peut réagir chimiquement avec le lyral, qui est un aldéhyde, ce qui donne une base de Schiff, une molécule plus lourde qui reprend peu ou prou les caractéristiques olfactives de ses composants. Les producteurs de matières premières commercialisent d'ailleurs la base de Schiff lyral et anthranilate de méthyle toute faite, sous le nom de Lyrame chez IFF par exemple.
Mais j'avoue que je ne maîtrise pas du tout ce type de réaction, est-ce qu'elle se produit dans ma composition, ou faut-il des conditions particulières ? Je n'en sais rien. Et l'anthranilate de méthyle ne réagit-il pas avec le veratraldéhyde, un autre aldéhyde présent dans ma composition ? Si un chimiste passe par là, je suis preneur de toute information.

Le thème coumarine : foin, tabac, doux

J'ai associé la coumarine au képhalis, un bois synthétique, chaud, ambré, qui présente des nuances tabac.
Pour une touche de douceur vanillée (de bon aloi avec le tabac), j'ai utilisé le veratraldehyde : c'est une matière proche de la célèbre vanilline, avec quelques nuances. Le veratraldéhyde m'apparaît comme plus vert, plus herbacé que sa fameuse cousine, tout en restant très crémeux. A vrai dire, je l'ai utilisé car j'étais en rupture de stock de vanilline !

Et en complément : ambre, musc et vétiver.

Le Cedramber (méthyl cedryl ether) est une matière synthétique qui comporte un aspect boisé sec de cédre avec une note ambre gris (comme son nom commercial l'indique !). La partie des muscs est interprété par le brassylate d'éthylène,musc un peu passe-partout, et le cashmeran, plus complexe, avec du boisé, du fruité et une étonnante facette de ciment frais (pour les amateurs de maçonnerie !).
Le vétiver n'était pas présent dans la première version de cette formule. En testant la formule sans lui, j'avais une impression de « chainon manquant », une petite lacune pour structurer l'édifice. J'ai opté pour une touche de vétiver. Le gaïac aurait aussi pu jouer ce rôle peut-être ?

Source illustration : Photo libre.fr

4 commentaires:

  1. Je ne suis pas persuadé que le dihydromyrcénol apporte grand chose. Avec son côté détergent / métallique, c'est une matière première qui fait fuir bon nombre de passionnés de parfums. Les marques se sentent obligées d'en mettre dans tous les parfums masculins par exemple.
    L'anthranilate de méthyle en revanche doit apporter quelque chose d'original. Avez vous essayé d'utiliser de l'aurantiol ?
    Nicolas

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Nicolas

    Concernant le dihydromyrcenol, il ne me semble pas, à mon nez, dominant dans cette composition. Je l'ai mis pour apporter un peu de fraicheur.Mais c'est vrai que si on en met beaucoup, on obtient un effet un peu cheap de détergent.

    D'ailleurs, je ne l'ai pas précisé, cette composition n'est pas vraiment une fragance fraîche, elle est même plutôt chaude avec sa personnalité boisée\coumariné.


    Je ne dispose pas d'aurantiol, qui est une base de Schiff d'anthranilate de méthyle et d'hydroxycitronellal. Or j'ai chacun des composants, si quelqu'un me donne la "recette", peut-être que je pourrai en fabriquer !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Le gnou,
    Pour répondre à vos questions, il est vrai que le lyral et l'anthranilate de méthyle peuvent réagir ensemble pour former une immine (ou base de Schiff pour les anciens chimistes) mais cette réaction est lente sans chauffage! Aussi il se peut que la formation de lyrame se ressente quelques mois plus tard.
    Mais quand je regarde les proportions d'anthranilate de méthyle je pense que vous n'aurez pas de problème (il y en a peu en solution).
    La réaction entre le veratraldéhyde et l'anthranilate se fera encore moins car le vératraldéhyde est stabilisé par des effets que lui apportent son cycle benzénique (j'espère ne pas être trop technique!!) ce qui fera que le veratraldéhyde se sent mieux sous forme d'aldéhyde que sous forme immine pour faire simple.
    Enfin l'aurantiol se forme avec les mêmes conditions que le lyrame, sauf qu'on mélange de l'hydroxycitronnellal et de l'anthranilate de méthyle. La réaction est longue et non totale, aussi si vous n'avez pas de laboratoire pour purifier l'aurantiol formé vous ne l'aurez jamais pur!

    Enfin si je reviens sur des considérations plus parfumistique, vous pouvez subtilisé l'aurantiol je trouve qu'il possède un coté orangé floral et un poil animal (avec une pointe d'indole??). Ou mettre en contact l'hydroxy et l'anthranilate dans votre mélange il se formera de lui même tout seul en le laissant macérer un mois prés d'une source de chaleur (attention à bien fermer le flacon!!Je l'ai fait dans un accord de jasmin et l'aurantiol arrive avec le temps c'est amusant!)
    Voilà j'espère avoir répondu à vos questions, sans détruire vos rêves!

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Boolala

    Merci pour ces précisions techniques et scientifiques !
    J'ai quelques essais de composition qui contiennent de l'anthranilate de méthyle et de l'hydroxycitronellal, je vais surveiller leur évolution olfactive !

    RépondreSupprimer