dimanche 14 mars 2010

Fleurs de néflier


J'avais écrit un article l'automne dernier sur le néflier du japon, et le parfum de ses fleurs. J'avais décrit ce parfum comme floral et gourmand : fleur verte, aubépine, amande, miel, vanille. J'ai donc tenté de concocter une fragrance inspirée du parfum des néfliers en fleurs. Ce sera une composition florale et balsamique ; des fleurs vertes et « anisiques », des baumes doux et vanillés, sans oublier de donner une nuance amande.


La formule :

Acétate de néryle : 10

Aldéhyde anisique : 3

Lyral : 6

Linalol : 2

Mimosa absolue @10% : 20

Salicylate de benzyle : 3

Alcool cinnamique @50% : 8

Ethyl Vanilline @20% : 2

Benjoin absolue @75% : 8

Baume du Pérou @ 50% : 4

Iso E Super : 10

Méthyle ionone (alpha iso) : 1

Méthyle laitone @10% : 1

Benzaldéhyde @10% : 2

Civette reproduction @5% : 1

Les indications de quantité peuvent être prises comme des gouttes ( Linalol 2 : signifie 2 gouttes de linalol). Après avoir composé le mélange, on ajoute 4 à 5ml d'alcool à 90° de pharmacie pour avoir un échantillon.



Commentaires sur la formule

Les matières florales :
Acétate de néryle : une note florale fraîche, avec des nuances de roses et fruitées (poire). Je trouve que cette matière présente aussi un aspect aqueux, de fleurs ou de fruits humides de rosée. Elle pourrait être utile pour évoquer des boutons de roses frais, je le note ! Ici, l'acétate de néryle me sert à rafraîchir la composition dans ses notes de tête.

Aldéhyde anisique : une note clé de la composition. Cette matière est connue pour son odeur de fleur d'aubépine.

Linalol et Lyral : deux notes de fleur verte (évocatrices du muguet), le linalol est dans le registre frais, le lyral dans le registre tenace.

Absolue de mimosa : conforme au parfum de la fleur naturelle, verte, cireuse, miellée, avec des nuances épicées et de foi coupé.


Les matières florales/balsamiques
Sur le papier, ces produits sont idéaux pour faire le lien entre les notes florales et les notes balsamiques plus « lourdes »

Salicylate de benzyle : la fameuse note florale « ambre solaire »

Alcool cinnamique : conventionnellement décrite comme une matière possédant un caractère floral vert avec des nuances balsamiques et épicées douce (cannelle). Je lui trouve aussi une dimension amandée.


Les matières balsamiques
Ethyl vanilline : un puissant arôme de vanille crémeuse, utilisé ici à dose raisonnable.

Benjoin et baume du Pérou : deux matières balsamiques de référence, possédant chacune une dimension vanillée. Le benjoin est doux, évocateur des accords ambrés ; le baume du Pérou est plus épicé.


Les autres matières
Benzaldéhyde : apporte une légère coloration amandée (amande amère) dans les notes de tête.

Iso E super : matière de « soutien » à tout faire (ou presque), accompagne aussi bien les notes florales que les notes balsamiques.

Méthyle laitone (coconut decanone) : une petite nuance lactée de noix de coco dans la composition.

Méthyle ionone : Elle est en petite proportion dans la formule, pour tenter d'amener un peu de complexité dans une formule qui reste basée sur des matières synthétiques.

Civette : à dose subliminale, disons qu'elle a pour but d'apporter le relief de l'animalité.


Illustration : Floraison de néflier du Japon source source : ispb.univ-lyon1.fr

5 commentaires:

  1. Je serais bien tentee de reconstituer la formule mais puisque chose impossible, je vais me contenter de plonger mon nez dans la bougie Nefle composee par Olivia Giacobetti il y a qqs annees (discontinuee, je ne l'ai jamais brule).

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Uella,

    J'ignorais l'existence de cette bougie sur le thème de la nèfle.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Le Gnou,

    il s'agissait d'une bougie IUNX (d'avant la fermeture) qui etait a mon avis l'une des plus originales. Malheureusement la nouvelle gamme restrainte IUNX ne propose plus cette bougie.

    RépondreSupprimer
  4. J'avais en tete dernierement un accord tres similaire, mais isi avec une touche d'acetophenone et de coumarine. Je trouve cependant le benzaldehyde plutot difficile à doser dans la mesure où il me donne presque toujours sa facette fruitée cerise au lieu de sa dimension amande. Cela est-il probleme pour vous également?
    -Laurent

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Laurent

    C'est vrai que le benzaldéhyde donne souvent cet aspect "noyau de cerise" amer et fruité, l'effet "amareto" qui est revendiqué dans certain parfum. Dans cette formule "fleur de néflier", il est faiblement dosé, en sourdine.

    RépondreSupprimer