mardi 27 juillet 2010

Une matière : l'alcool phényl éthylique


Ce liquide incolore d'aspect huileux est une matière quasi incontournable lorsque le parfumeur s'attaque au registre floral.
Quel en est donc le profil olfactif ?
  • Descripteurs conventionnels : floral, rose, rose fanée, jacinthe, nuance de miel et de brioche, doux.
  • Descripteurs personnels : dans un premier temps, l'alcool phényl éthylique m'évoque la rose séchée de pot-pourri, avec sa facette verte ; mais sa dimension miellée apporte de l'onctuosité, un aspect de nectar de fleur.

L'alcool phényl éthylique (ou PEA pour Phenyl-Ethyl Alcohol), c'est avant tout la rose. Et pour cause, il s'agit du principal constituant de l'absolu de rose de Damas (entre 45% et 70%) obtenu par extraction aux solvants ; en revanche il y en a beaucoup moins dans l'essence de rose extraite par distillation à la vapeur (autour de 1%).
En dehors de la rose, le PEA se retrouve dans l'absolu de fleur de champaca ( autour de 25%), et en moindre proportion dans les absolus de fleur d'oranger, de jasmin sambac, de narcisse.

Synthétisé en 1903, le PEA est d'un usage presque universel lorsqu'il s'agit pour le parfumeur de reconstituer le parfum de plusieurs types de fleurs. Lilas, jacinthe, pivoine, œillet, fleur d'oranger, jasmin, champaca, pois de senteur, narcisse, gardénia ... la liste des reconstitutions florales pouvant avoir recours, à titre principal ou complémentaire, à l'alcool phényl éthylique est conséquente.

L'alcool phényl éthylique a également son importance dans les arômes alimentaires ; et dans ce domaine, cette molécule se retrouve là où on ne l'attendait pas forcément. En effet, des analyses par spectrométrie de masse ont montré une présence non négligeable d'alcool phényl éthylique dans les fromages à pâte molle et à croute lavée que sont le Livarot, le Maroilles, l'Epoisses et le Langres. Avouez qu'il est quand même cocasse de constater que le parfum suave de la rose et l'arôme puissant de ces « fromages qui puent » partagent cette même molécule aromatique !

J'ai également appris à mes dépends que l'alcool phényl éthylique pur est un redoutable dissolvant. Par inadvertance, j'avais laissé tomber une goutte de cette substance sur le coque de mon ordinateur. Et bien la vilaine goutte y a laissé une tache indélébile pour la simple raison que la substance a commencé à dissoudre superficiellement le plastique de la coque de l'ordinateur ! Mais je vous rassure, l'alcool phényl éthylique n'a pas le même effet sur la peau, ouf !


Illustrations : 
En haut, un petit Livarot dont l'alcool phényl éthylique participe à l'arôme (source Wikipédia)
En bas, l'effet d'une goutte de PEA sur mon ordinateur, la tâche noire au centre est consécutive à une dissolution superficielle du plastique !

5 commentaires:

  1. Bonjour gentil Gnou!

    Oui! "Ouf" en effet! Une chance aussi que l'alcool phényl ethylique ne ne troue pas la panse à l'ingestion d'un "fromage qui pue" ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Jeeks

    Je ne revient toujours pas de l'agressivité du PEA sur les matières plastiques !

    La semaine dernière, j'ai eu l'occasion de déguster un livarot directement amené de Normandie par de la famille ; j'ai bien cherché la rose miellé du PEA en humant le fromage, mais je ne l'ai pas trouvé... En tout cas pas de trou à l'estomac à signaler !

    Content de voir que tu n'as pas complétement abandonné ton blog ; à la limite, il est plus actif que le mien ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Oui Le Gnou, tu vois, je t'ai écouté ;o) et puis le farniente de ce mois de juillet m'incite à l'"action bloguesque"... Ceci étant, je me garde bien de me lancer dans des descriptions de parfums.

    Peut-être le livarot délivre t'il des notes de rose miellée en fonction de sa maturité ....
    ex: jeune livarot: PEA perceptible.
    vieux livarot: Notes de PEA noyées et perdues dans... d'indicibles senteurs.

    @bientôt!

    RépondreSupprimer
  4. Jeeks, ton hypothèse à propos des fromages est sans doute pertinente : j'ai lu quelque part qu'il y avait du PEA dans le camembert jeune, mais que cette matière disparaissait dans le camembert "bien fait". En ce qui concerne les livarot, maroilles, époisses et langres, on y trouve aussi de l'indole, la molécule responsable de la nuance "animale/fécale" du jasmin et de la fleur d'oranger ; le coté "fromage qui pue" n'est pas usurpé !

    En ce qui concerne ton blog, je trouve qu'illustrer un parfum par un clip (associer des odeurs à des images et à une musique) est une idée remarquable.

    RépondreSupprimer
  5. Merci cher Gnou!

    ...Pour tes lumières aussi!! Il est 11H11 (c'est incroyable depuis ma plus tendre enfance il est toujours 11H11 lorsque mes yeux se fixent sur une montre ou une horloge...bref!) et mon petit ventre commence à crier famine... Mon empire pour un morceau de livarot ou une part de tarte au maroilles "indolée"!

    Bel été à toi!

    RépondreSupprimer